Pages

20/02/2017

Un bouchon dans la restauration à Toussus-le-Noble

ATCF et son Club house
vue sur l’aéroport de Toussus en 1950
Un bref aperçu de l’histoire de la restauration sur la commune de Toussus-le-Noble et mettre en valeur l’article du bulletin N°19 du GHTN paru dernièrement.
C'est aussi un rappel des deux précédents articles concernant les Cabarets de Toussus-le-Noble et vous mener en ligne droite à la restauration actuelle sur la plate forme aéroportuaire de la commune.

Malgré la faiblesse des sources, nous pourrons, selon les recherches du Groupe Historique, remonter à l’époque post-révolutionnaire avec le cabaret Payen en 1783. La commune ne regroupait qu’une dizaine de feux pour une moyenne de 75 habitants, puis le cabaret Lajotte en 1842 et le café Otte, place de l’église.

Etymologie : Le terme « Cabaret »  apparaît au XIIIe S, il découlerait du Picard « cambrette » c.a.d . petite chambre. C’est un lieu modeste où on vend du vin et mange à table commune. 
L’endroit est désigné par un bouquet de paille ou un rameau de feuillage, appelé « bouchon » du vieux français qui signifie « bousche »

Ainsi de par le temps et les successions, la commune de Toussus connu du XVIII S. au XIXe S. ses deux / trois cabarets. Une restauration au service d'une population ouvrière et agricole, jusqu’à l’arrivée du Café Pimont un cabaret hautement à la mode de l’époque en 1885. Il ne laissait aucun doute à son usage : buvette, salle de billard, buanderie, cabinets d’aisances et même chambres à coucher, caves et grenier, dans un standing que Toussus n’avait pas connu auparavant.

C’est avec la naissance de l’aviation, l’arrivée d’Esnault-Pelterie et son installation sur l’étang du Trou salé en 1907, suivi quelques années plus tard par les frères Farman que se développa rapidement ce commerce de service, boosté par ce noyau industriel naissant. Ainsi d’autres établissements pour un total de cinq virent le jour en bordure des champs d’aviation, afin d'offrir gîtes et couverts à cette nouvelle population.

Ceux qui seraient intéressés de découvrir cette page de la restauration sur Toussus peuvent consulter les articles des bulletins du GHTN N° 13 - 2010, 15 - 2012 et  19 - 2017.

Revenons à nos moutons : Lors de l’organisation du Centenaire de l’aéroport en 2007 et l’afflux des 20.000 visiteurs pour cette commémoration, nous étions les mieux placés pour réaliser combien la restauration pouvait souffrir et le manque de lieux pour répondre aux divers besoins lors de manifestations dans un endroit aussi mythique, haut lieu et berceau de l’histoire de l’aviation.

A l’époque, malgré son superbe positionnement, "la Grande Volière",  restaurant de qualité de l'époque, situé sous la tour de contrôle avec sa belle terrasse et sa vue sur piste, battait pourtant de l’aile avec des changements de gérance en continu. Tâtonnements d'ADP sur l'avenir de l'aeroport cumulé à des erreurs de gestions de gérants ? le resultat fut que par manque de choix de lieu sur l’aéroport, c’est finalement vers le Club House de l’ATCF que l’organisation du Centenaire s'est rabattue pour y élire son QG, découvrir ce lieu, d'être ravie et y convaincre les plus réticents de s’engager dans l’aventure du centenaire d’un des premiers aéroports de France.
Un événement qui s’est terminé en apothéose.
Nous avions, à l'époque, exprimé toute notre gratitude à  l’Aéro Touring Club de France, de ses membres et de sa direction qui nous avaient ouvert leurs portes et soutenu jusqu’au bout.  Vidéos :  https://www.youtube.com/user/grainesdetoussus

C'était le seul endroit qui pouvait accueillir à toute heure les passagers en quête d’une restauration ou d’un confort alors que le restaurant sous la tour «  la grande volière » a été fermé pour plusieurs mois, voire années.

A cela pour rappeler aussi que,  pour les services rendus, Charles de Gaulle, Président y avait accordé la licence IV au club house de l'ATCF.

Dans l’après centenaire, la création du concept d’Aériapole et le départ de l’EAN , nous avions pointé du doigt la  nécessité d’hôtel et d’autres restaurants de qualité insuffisants ou inexistants pour accueillir un niveau de clientèles d’affaires qui fréquentaient l'aéroport.

Toussus était  un haut lieu de l’aviation avec ses expositions internationales :
http://aeriapole.blogspot.fr/2016/03/quand-hispano-suiza-exposait-en-direct.html


Un instant menacé (voir vidéo) et à l’heure ou l’on parle d’ouverture, avec des projets d'un aéroport du futur, comment préserver son présent avec des lieux d’accueils et de restaurations aux horaires inadaptés, des monopoles et des règlements obsolètes et des tolérances proche du zéro alors qu’en 1910 Toussus groupait cinq lieux pour gîtes et couvert.

L’aéroport de Toussus n'est il pas classé 5ème en terme d’activité en France et qui regroupe un millier usagers. Entre temps la population de la commune a dépassé les 1000 habitants, on annonce l’arrivée prochaine de l’avion électrique et de son école de pilotage, d’une participation dans Aéro-Saclay qui se veut innovant, de la Ryder Cup qui apportera son flot de visiteurs alors que la commune ne regroupe que 3 restaurants et pas d’hôtels.
En 1920 il y en avait cinq restaurants/Hotels qui tournaient à plein régime.

Les anciens commandants de l’aéroport ne nous l’ont jamais caché. Sur la plate forme de Toussus, depuis les années 60 la gestion de la restauration toujours été à prendre avec des pincettes (?) mais est ce pour autant insoluble ?
La petite pincée de bonne volonté des partenaires concernés et la règle de la libre concurrence ne devraient elles pas permettre au public de faire son libre choix du lieu à fréquenter et permettre l’épanouissement des services sur une plate forme à grand potentiel et qui en manque ?

Les aléas d’une restauration vite saturée a été une fois de plus expérimentée dernièrement lors de la commémoration du 11 novembre 2017 organisée par l’ASPEH avec l’accueil de 3000 visiteurs.

Il est vrai que la plate forme aéroportuaire de Toussus offre une particularité d’accueillir son terrain des administrations publiques, semi-publiques et privées. Cela a toujours fait sa force et son adaptation, dans un monde en constante évolution.
Il y a du travail pour tous ceux qui le créent, la concurrence stimule permet l’innovation et le progrès.

« Vivre et laisser vivre. 
La tolérance c’est  donner aux autres tous les droits que l’on se revendique pour soi-même. »

Les efforts déployés par le Club House de l'ATCF depuis que nous le connaissons, en 1977, les échanges sociaux qu'il a engagé sur le terrain, les services rendus aux passagers et aux usagers de l'aéroport, sa présence constante dans les petits et grands événements sur le terrain confirment notre attachement à ce lieu mythique qui mérite sympathie, récompense et encouragements. Il reconduit sans faille ni hésitation notre adhésion. Tous nos souhaits d'épanouissement à ses gérants.

10/01/2017

VeloToussus vous présente ses meilleurs voeux pour l'année 2017

Tous nos meilleurs vœux pour cette nouvelle année 2017. En cadeau, notre carte qui en dit long sur le chemin parcouru.
Elle s’annonce radieuse pour la mise en route d’une concrétisation, sur le terrain, d’un travail démarré il y a quatre ans.

Le Conseil Municipal de Toussus a voté en décembre le budget pour le raccordement de la piste cyclable depuis le rond point de l’aéroport au rond point Toussus/Buc. 

Des travaux qui devront démarrer début 2017.  

Dans le même mois, le Conseil Départemental  a voté la piste cyclable qui reliera Toussus à Buc. 
Le maillon manquant de 2km verra finalement le jour. Des travaux prévus pour 2017. 
A tous les partenaires impliqués dans ce projet un grand bravo et un grand merci à Marie-Hélène Aubert qui a constamment surveillé ce dossier de près. Elle n'avait pas hésité à venir arpenter avec nous, directement sur le terrain.
C'est une piste de 2,5 m de large qui sera projetée avec des variantes de profils en fonction des lieux du terrain. les premiers plans nous sont parvenus.

Une action initiée par VeloBuc et de ses antennes en collaboration avec le Conseil Départemental, VGP et les Communes de Buc, des Loges en Josas et de Toussus..
Si toutefois le nouveau conseil municipal de Toussus-le-Noble a suivi la dynamique, il s’est toujours abstenu d'ouvrir les portes à VeloToussus et à répondre directement aux courriers. C’est toujours par un communiqué public à l’ensemble de la population qu’il y répondait à nos questions posées.
Un relationnel que nous regrettons, qui nous espérons, s'améliorera et que nous ne considérons que secondaire puisque le projet initial suggéré est accepté et en phase d'être accompli.

Des opportunités mises en avant au travers du concept d’Aeriapole, de ses articles et VeloToussus qui ont servi de catalyseur pour le développement économique et social favorisant les circulations douces, améliorant notre environnemental au travers d'une ténacité des communes de Buc et des Loges qui porte pleinement ses fruits.

Nous vous invitons à lire nos articles sur : http://aeriapole.blogspot.fr/ aussi  une nouvelle page Facebook s’est ouverte au Public : aeriapole environnement pour suivre nos actions sans délais.

Nous rappelons par ailleurs que la ville de Versailles et VeloVersailles organisent une opération de sensibilisation à la sécurité du cycliste la nuit : " A vélo voir et être vu, c'est vital".
Jeudi 12 janvier de 16h30 à 19h, Devant la gare de Versailles Rive Droite

Vous pourrez ainsi faire vérifier le bon éclairage de votre vélo.
Ce jour là, vous aurez également la possibilité de faire marquer votre bicyclette " (apportez une pièce d'identité).
Pour lutter contre le vol, il faut également : avoir un bon antivol, l'antivol en forme de U est recommandé. http://www.bicycode.org/…/tests-antivols-fub.rub-23/attacher le cadre et la roue avant de votre vélo à un point fixe.
Pour tout contact : Isabelle CLAUDE - Responsable de VeloVersailles - 06 24 52 71 13

Merci pour votre soutien et vos adhesions. N’hesitez pas à parler autour de vous pour nous rejoindre, l’abonnement se fait en direct sur site
C’est facile, c’est rapide, c’est direct, ce n'est pas cher et surtout cela nous encourage, avec vous, à persévérer.

« Restons visibles », serait notre slogan pour 2017


03/01/2017

Aéro Saclay : l’aéroport du Futur, du millésime 2016 vers celui de 2017.

Aéro Saclay prend forme et se constitue en Association comme détaillé dans notre article précédent du 28 décembre 2016. (lien)

En préparation du Challenge de 2017, pour présenter en équipes des innovations techniques, économiques ou d'usages qui préfigurent ce que pourrait être un aéroport mieux intégré dans son environnement et dans la société, retour sur le millésime 2016 avec les diverses équipes qui ont concouru sur la page du site d'aéro-saclay. (lien)

C'est l’association PV3e de l’ESTACA qui remporta, le 23 juin 2016, le Challenge Aéro-Saclay sur le thème de l'aéroport du Futur.  Un challenge qui  s’inscrit dans le cadre du projet de cluster en gestation autour de l’aérodrome à Toussus-le-Noble. 
Plus de huit mois de travaux et de recherches des étudiants de l’ESTACA  aux cotés de professionnels de l’aéronautique et de leurs enseignants pour cette transition vers l’aéroport du futur. Une équipe  qui s'est  particulièrement illustrée en remportant le 1er prix et le prix « Coup de cœur » de la compétition. 

Ce challenge d'Aéro Saclay est conçu pour stimuler l’éco-système d'un des territoires le plus innovant de France. Un territoire qui renferme de nombreux constructeurs, industriels et des PME travaillant sur le secteur aéronautique.  
Avec les écoles et établissements de recherche qui les entourent, Paris-Saclay est l’un des pôles aéronautiques les plus dynamiques de France.
En  fédérant tous ces acteurs, l'ambition serait d’activer les compétences autour d'une dynamique d’innovation sur des problématiques majeures du secteur aéronautique. 

Pour concevoir l’aéroport du futur de Toussus-le-Noble au coeur du département des Yvelines, les étudiants ont dû adopter une approche sur des problématiques à la fois énergétiques, environnementales mais aussi économiques. Dans cette démarche, les étudiants ont placé l’usager au coeur de leurs réflexions, une condition essentielle pour la viabilité du projet.

L’équipe, composée de 3 étudiants de l’ESTACA et 1 étudiant de l’Université d’Évry, a conçu un aéroport à faibles émissions sonores, qui a séduit les membres du jury (Aéroports de Paris, Airbus Group, Safran, la préfecture des Yvelines, CCI Versailles, Astech, Mairie de Toussus le Noble, CFA mae) pourrait faire l’objet de financements pour développer un prototype.
«Pour le challenge, nous avons mené une réflexion globale sur la manière dont l’aéroport pouvait se développeret nous avons estimé qu'il fallait en priorité supprimer les gênes pour le voisinage et les riverains, à savoir réduire la nuisance des avions. Pour faire en sorte que l’aéroport ne perturbe plus son environnement, nous nous sommes basés sur une technologie déjà existante, le contrôle actif du niveau sonore. Elle est utilisée notamment pour les casques anti-bruits et nous l’avons adaptée à une gamme de fréquence émise par les hélicoptères et les avions autour de l’aéroport. Le système mis en place consiste à capter l’onde sonore émise par un avion ou un hélicoptère via un micro, et de renvoyer exactement la même onde en opposition de phase via un haut parleur. Cela crée une interférence destructive qui neutralise les sons et donc les nuisances.»

La technologie de réduction de bruit prend effet sous deux grandes catégories de contrôle. La plus connues, le contrôle passif, permet d’isoler le son des parasites extérieurs grâce à du matériel type mousse ou laine minérale. Plus accès sur l’isolation que sur la réduction du bruit en elle-même, la méthode passive est dépendante du volume sonore ambiant et ne s’adapte pas toujours à ce dernier. 

La méthode « active » prend alors tout son sens. Le principe d’antibruit actif réside dans l’intégration d’une source de son secondaire qui va émettre une onde sonore de même amplitude que le bruit indésirable, mais de phase opposée. La superposition amène ainsi le silence à partir de l’émission principale et, de fait, va répondre aux contraintes logistiques du système passif car intégré à l’émetteur via une carte électronique de contrôle.

Le principe de la réduction de bruit active, ou contrôle de bruit  a été découvert il y a longtemps.  En 1934, l’allemand Paul Lueg a déposé un brevet sur le contrôle de bruit dans les tuyaux.  Le principe est simple. Le bruit est une onde. Il suffit donc de produire une onde inverse (un bruit décalé). Ainsi le résultat, quand les deux ondes s’additionnent au niveau de l’oreille est le silence.  Si le schéma est simple, l’application n’est pas aussi évidente car il faut avoir des systèmes capables de calculer le contre-bruit.  Heureusement la puissance de calcul des processeurs augmente et les avancées techniques  font diminuer la taille des composants embarqués en consommant peu. Ainsi la solution serait de calculer un bruit « stable » et de contrer ce bruit là et reprenant ses composant et en les annulant. Surtout sir  ces systèmes anti-bruits fonctionnent sur les bruits répétitifs ce qui est le cas sur les moteurs et les frottements en général.

L’aérodrome de Toussus-le-Noble constitue un véritable laboratoire d’expérimentation grandeur nature pour penser les aéroports du futur. Situé à moins de 10 kilomètre de Paris-Saclay, cet aérodrome est pleinement intégré dans le territoire, ce qui en fait une zone de test idéale. Les aéroports de Paris auront un oeil attentif sur l’évolution des solutions proposées par les étudiants, pour pouvoir les mettre en œuvre dans les années à venir si leur viabilité est démontrée.


TBWA CORPORATE –  ESTACA

02/01/2017

Bon vol pour une belle année 2017


L'année 2016 était le carrefour de rencontre avec des gens formidables pour la mise en place d'une commémoration en relief d'Aviation 14-18 sur les cinq communes de Jouy-en Josas, Buc, les Loges en Josas, Toussus-le-Noble et Velizy.  

L'Album souvenir est en préparation

Un événement qui restera gravé dans la mémoire de l'Histoire de notre Région "Berceau de l'Aviation", dans la suite du centenaire de l'aéroport de Toussus en 2007 et le saut en parachute de Pégoud en 2013.



Bon vol pour une Très Bonne Année 2017, sans turbulences et en toute sérénité.


Photo : Décollage du Deperdussin sur l'aéroport de Toussus-le-Noble le 11 Novembre 2016

28/12/2016

Représentation de Toussus-le-Noble au sein d'AEROSACLAY


EXTRAIT DU COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL
DU JEUDI 15 DÉCEMBRE 2016 - MAIRIE DE TOUSSUS-LE-NOBLE




N° 2016/66- REPRÉSENTATION DE LA COMMUNE AU SEIN DE L’ASSOCIATION AEROSACLAY

Sur proposition de M. Patrick CHARLES, Maire,

Considérant le projet de Cluster de l’Aéroport du Futur à Toussus-le-Noble porté avec la collaboration de la Mission de Coordination Interministérielle et territoriale, pour lequel ont été retenus, parmi les orientations majeures, celle d’organiser une filière de compétences et de formation, cette option supposant, à moyen terme, de mettre en oeuvre une chaîne de compétences en matière aéronautique, en rapprochant établissements de formation et entreprises de la filière,

Considérant que sur le court terme, cela a conduit à imaginer un concours d’idées auprès de la communauté universitaire en offrant à des étudiants de la Communauté Universitaire Paris-Saclay la possibilité d’imaginer les mobilités de demain, et qu’ainsi est né le challenge AéroSaclay dès la rentrée 2015 sous la Présidence de Monsieur le Préfet des Yvelines,

Considérant qu’une soixantaine d’étudiants de l’Université-Paris-Saclay, l’Estaca, Mines Paris-Tech, Centrale Supélec, Agro Paris-Tech, Paris-Sud IUT de Cachan, HEC, du CFA Afmae ont été invités à constituer des équipes pluridisciplinaires, multi-niveaux et inter-établissements,

Considérant que pour la session 2017, il leur sera proposé des thèmes autour de problématiques réelles, toutes dédiées à l’émergence de l’Aéroport du Futur et que le challenge 2017 intégrera par ailleurs une étape expérimentale dans le cursus des étudiants et dans leur calendrier universitaire,

Considérant qu’AéroSaclay est une structure avec sa gouvernance qui prendra la forme d’une association (loi 1901) et réunissant les partenaires du projet d’Aéroport du Futur : les universitaires, la préfecture des Yvelines, les industriels, la CCI, les Aéroports de Paris (ADP), la mairie de Toussus-le-Noble, les usagers, les riverains,

Considérant que le choix de créer une association a semblé à l’ensemble des partenaires la forme la plus simple de mettre en oeuvre une gouvernance, les statuts ne prévoyant aucune cotisation d’adhésion mais la perception de subventions des ADP ou bien de l’université Paris-Saclay pour rémunérer certaines prestations, telles que l’acquisition de matériels pour les étudiants ou la rémunération de l’association ECTI,

Considérant que la Mairie de Toussus-le-Noble est à l’origine de l’ensemble du projet d’Aéroport du Futur dans sa globalité et qu’à ce titre il semble légitime que la commune soit représentée au sein de l’association,

Considérant qu’il est exclu que la Mairie verse une subvention, l’objet de cette association étant de gérer un concours d’idées dédié aux universitaires,

Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré à l'unanimité,

APPROUVE la représentation de la commune au sein de l’association AéroSaclay.

DÉSIGNE Monsieur le Maire comme représentant de la commune au sein de l’association AéroSaclay.

13/12/2016

Le vélo perd les pédales : les 6 associations nationales pro-vélo sont menacées de ne recevoir aucun financement de l’Etat en 2016

COMMUNIQUE DE PRESSE 
d'Olivier Schneider -  Président de la FUB

Le Ministère de l'Environnement, qui abrite en son sein une petite équipe de deux personnes chargées de la coordination interministérielle des modes actifs, risque de ne plus subventionner les associations d’usagers (FUB, AF3V, « L’Heureux Cyclage »), de collectivités (« Départements & Régions Cyclables » et « Club des Villes et territoires cyclables ») et de Promotion (« France Vélo Tourisme »). 
Celles-ci assurent non seulement un important relais des politiques cyclables nationales sur l’ensemble du territoire français, mais également pallient souvent bien souvent à une insuffisance de l’État.
Ces désengagements du Ministère de l’Environnement menacent donc gravement la politique vélo nationale !
Vu les enjeux transverses du vélo, notamment en termes de santé publique et d’emplois non délocalisables, le montant des financements d’actions perçu habituellement par chaque structure parait dérisoire. De plus, nous apprenons ce désengagement en toute fin d’année concernée, alors que les actions à conventionner sont bien plus qu’engagées.

Le montant total de ces financements - soit la somme de 230 000 € - représente à peine l’équivalent de 37 mètres d’autoroute, 16 mètres de tram, ou encore 58 Vélibs. C’est dire que cela ne peut ruiner le budget de l’Etat alors même que le vélo doit être un acteur et outil important de la transition énergétique !
Toutes les études chiffrent les retombées potentielles d’une politique vélo efficace en milliards d’euros.

Au regard de cette situation préoccupante, la FUB, l’AF3V, l’Heureux Cyclage, les Départements Régions Cyclables et France Vélo Tourisme ont adressé une lettre ouverte à la Ministre de l'Environnement, de l’Energie et de la Mer pour tenter de résoudre cet imbroglio avant la fin de l’année 2016 et ainsi éviter un coup fatal à la mise en œuvre d'une véritable politique vélo en France.


Ce courrier pouvant ne pas suffire nous nous tournons vers nos élus, les présidents de département, les maires, et vers les industriels du secteur dont les prévisions d’emploi seraient ainsi menacées afin de leur demander d’appuyer notre demande légitime par un courrier complémentaire à Madame la Ministre, dès ce lundi car les heures sont comptées avant la clôture du budget.

Le vélo peut donner de la voix, donner des voix et indiquer la voie, ne perdons pas la COP !!


Communiqué de presse de la FUB partagé par VeloToussus, antenne de VeloBuc


08/12/2016

Pic de pollution : Ou en sont les alternatives au tout-automobile dans l'Oise ?

AU5V - Délégation Régionale Picardie
COMMUNIQUE
Senlis, mercredi 7 décembre 2016

Le département traverse un pic de pollution sans précédent, dû en grande partie à la pollution automobile (i). L'indice de pollution à Creil était jeudi dernier et hier de 10 (le maximum !) et il est annoncé à 8 aujourd'hui mercredi.
Pour encourager les alternatives à l'usage de la voiture et pour diminuer l'exposition aux sources de pollution, l’Association des Usagers des Voies Vertes etVéloroutes des Vallées de l’Oise (AU5V) demande des alternatives au tout automobile : Il est plus qu'urgent de développer un réseau intercommunal de voies vertes qui permet de relier les communes les gares routières et ferroviaires et les aires de covoiturage par des voies éloignées du trafic automobile en empruntant des véhicules non polluants (vélos, VAE, gyropodes ...).
Ce réseau s'appelle dans le département la Trans'Oise (ii), il est suspendu jusque 2018 (iii), l'urgence du département a été en 2016 de rénover les chaussées dédiées à l'automobile afin d'y rouler plus vite, d'y mourir plus vite et d'augmenter les pics de pollution. (iv)

L'AU5V demande que :
1 - le vélo et les mobilités actives ne soient pas oubliés lors de la rénovation des voiries du département ( v)
2 - le réseau de Trans'Oise (iii) soit achevé en reprenant les préconisations des usagers
3 - des places de stationnement vélo sécurisées soient installées sur les aires de covoiturage du département
4 - l’intermodalité bus/trains + vélos soit encouragée avec des aménagements cyclables de qualité pour rejoindre les gares, un nombre de places de stationnements sécurisés pour les vélos en nombre suffisant (largement sous-dimensionné aujourd’hui) mais aussi des aménagements pour faciliter la circulation des vélos (vi) tenus à la main (passerelles, goulottes) dans les gares de l’axe Paris-Amiens et Paris- Compiègne
5 - des plans de déplacement jeunes (PDJ) soient initiés dans tous les collèges du département

En période de pic de pollution la qualité de l'air est meilleure (ou moins médiocre) sur un vélo qu'à l'intérieur d'un habitacle d'automobile. Il est conseillé de rouler doucement sur son vélo pour ne pas s'essouffler et de s'éloigner le plus possible du trafic automobile.



Source : http://www.oramip.org/pdf/expo/Plaquette-Oramip-transport.pdf

Thierry Roch -
Président de l’AU5V
Association des Usagers du Vélo, des Voies Vertes et Véloroutes des Vallées de l’Oise
30 avenue Eugène Gazeau 60300 Senlis - Tel. 03.44.60.11.63 - contact@au5v.fr – www.au5v.fr

(i) D’après l’inventaire des é missions de polluants atmosphé riques réalisé par ATMO Picardie, sur la zone PPA, 26% des émissions de PM10 sont dues au sec- teur du transport (source : Plan de Protection de l’Atmosphère de la région de Creil )
(ii) Ce projet de Trans'Oise, initié il y a 10 ans devait offrir 240km de voies destinées à tous les modes de déplacements non motorisés et relier les principales villes du département.
(iii) http://www.au5v.fr/La-Trans-Oise-en-panne.html
(iv) 63 millions d'euros en 2016 sont consacrés dans l'Oise à l'entretien des routes contre 61 millions en 2015
(vcf) La rénovation de la D120 à Pont Sainte Maxence et nos échanges avec le département
(vi)http://www.au5v.fr/Reamenagement-des-Gares-de-l-Oise-n-oubliez-pas-le-velo.html