Pages

14/02/2019

1919 – 2019, David chez Goliath

PC12 devant le hangar Farman
crédit photo : Bruno Muthelet
Cette photo anodine aujourd’hui  est en fait le résultat d’une révolution qui est entrain de déterminer l’avenir des plateformes aéroportuaires,  leur densité et leur maillage sur le territoire Européen.

Les grands constructeurs d’avions se dirigent vers la création de l'avion toujours plus grand pour transporter en un seul temps un seul mouvement, un maximum de passagers. 
Toutefois les plateformes ne suivent pas sur cette même cadence. Elles ont grande peine à investir et s’équiper pour recevoir de tels géants du transport. 
Ce qui mène à une centralisation constante autour des grandes métropoles. 
Pourtant, L'A380 arrêtera sa production (les derniers avions seront livrés en 2021)… Peut-être, n'est-ce que temporaire et que le timing n'était pas le bon.
Tel le Goliath F60, sorti du hangar Farman en 1919 pour son premier vol civil, les constructeurs  optent pour des avions soit rapides, soit plus volumineux : Concorde, A380. Sauf que le Farman Goliath F60 pouvait se contenter d'un terrain en herbe et atterrir dans un champ.
Le Concorde fut un avion magnifique. Il fête ses cinquante ans cette année, mais il a arrêté de voler en 2003. De même l'Airbus A380 voit son avenir incertain, toutes les plateformes standards ne pouvant l’accueillir,  gérer le flux des passagers et leur l'intendance.
Combien de plateformes en Europe peuvent-elles accueillir de tels avions?  Et à quelle cadence ? alors que les aéroports de petits et moyens gabarits, restent nombreux et inexploités à leur juste valeur.
Deux ans après le centenaire de l’aéroport de Toussus en 2007 qui a déterminé en quelque sorte, l’avenir de cette plateforme et lui a attribué ses lettres de noblesse sur un territoire « Berceau de l’aviation,  le concept Aériapole fut créé en 2008, mettant en avant  une étude de la NASA pour un développement économique du territoire et d’une décentralisation des Régions, dans l’esprit « AGATE » (lien).

2009, Défi 100/24 (lien) voit le jour, au salon du Bourget.
Il s’est tourné vers un défi d’endurance et de compétition sportive.

Nous aurions pensé que ce défi 100/24, aurait pu être un tremplin pour expérimenter le maillage des aéroports dans l'Hexagone en vue de développement économique et de décentralisation du territoire, ce qui apporterait une richesse et un développement  à la Province.
La finalité n’étant plus la même avec un public restreint et sélectionné, les coûts ont eu raison de cet événement et le résultat est tombé:  
Le dernier 100/24 eu lieu en 2014 - lire l' article d’Aerovfr (lien).
« Le Roi est mort, vive le Roi ». Le dernier 100/24  dont l’étape finale était Toussus le Noble à l'arrivée, a drainé avec lui, l’arrivée du E-Fan, l'avion électrique d'Airbus, avec dans sa besace, tous les rêves qu’il pouvait engendrer (lien).

PC24 sur l'aéroport de Toussus
crédit photo : Bruno Muthelet
Dix ans après notre premier article sur AGATE, les VLJ (Very Light Jet) se sont depuis bien développés. (lien)

Des avions  que toutes les petites plateformes aéroportuaires attendent pour les faire sortir de leur léthargie, irriguer à nouveau le territoire et permettre un développement économique décentralisé hors des grandes agglomérations et de leurs zones urbaines.
Nous saluons Jetfly qui dessert Toussus avec sa flotte d’avions ultra moderne et performante, des PC12 et PC24.

Tel David, ces avions font leur entrée à l'endroit où se logeaient les Goliath.

Cette filière de nouvelle génération serait finalement ce que la grande gastronomie est aux grandes tablées: du raffinement et une plus-value, pour un volume bien plus restreint.  
Les aéroports secondaires en seront plus dynamisés, dans les normes strictes des petites plateformes et le respect de l'environnement, notamment ici à Toussus, à proximité d'un Paris-Saclay qui émerge.

Le centenaire de l'aviation civile 1919 - 2019 rappellera que " L'avenir est une porte, le passé en est la clé" (V. Hugo). Aériastory et ses partenaires y travailleront durant toute cette année.

01/02/2019

Toussus le Noble : Du moteur à étoile à l'électrique en passant par le PSV et le manche à balai...

Jean Luc Charron, Président de la FFA
Branchement électrique à l'Alpha Electro de Pipistrel

En mars 2018 L’agence européenne pour la sécurité aérienne (EASA) avait accordé un « bon pour vol » à l’avion biplace électrique Alpha Electro de Pipistrel. La Fédération française aéronautique (FFA) pouvait ainsi démarrer l’initiation de pilotes privés.
Le choix s’est porté sur l’aérodrome de Toussus-le-Noble pour cette expérimentation.

Une information dont Jean-Luc Charron, le président de la FFA, avait réservé la primeur aux présidents des aéro-clubs français lors de l’A.G. à Marseille ; d’autant que l’avion gagnait en crédibilité et que suite à des essais concluants réalisés en Australie, l’appareil est désormais autorisé à voler dans ce pays pour y assurer des vols d'apprentissage.

Ce dossier, Jean Luc Charron le montait depuis des années. 

La FFA a donc acheté un exemplaire avec options sur d'autres. Cela a nécessité un travail préalable entre Pipistrel et l’Agence Européenne de la Sécurité Aérienne pour établir "des conditions de vol" assurant une sécurité absolue. 
C’est donc  dans le cadre de la formation de pilotes privés et dans un environnement de type aéro-club que cette première phase devrait se dérouler.

Une persévérance sans faille de J.L. Charron
Certes, les adeptes ou les détracteurs de l’avion électrique seront nombreux et se feront entendre.
Le temps et l’expérimentation détermineront de son avenir. 

Toujours est-il que le 31 janvier 2019 sera une date à marquer d’une pierre blanche pour la plateforme de Toussus qui a toujours innové dans le monde de l’école de pilotage. 


Quelques dates clés pour rappeler l’histoire de cette plateforme mythique de 112 ans :  

En 1907, c’est Robert Esnault Pelterie qui, le premier installé à Toussus-le-Noble, créa le moteur en étoile. Il inventa aussi le « manche à balai ». En véritable « visionnaire » des voyages dans l’espace il mit au point un moteur fusée en 1936.

Toussus le Noble première plateforme
 à s'engager dans des avions école dernière génération.
Une histoire vieille de cent ans. 
En 1909, Henri Farman emménagea à Toussus qui fut le lieu de mise au point de tous leurs prototypes exportés aux quatre coins du globe.

En 1919, les bombardiers Farman Goliath F60 produits en grand nombre à la fin de la guerre sont convertis et réaménagés pour transporter des passagers. L’aviation civile venait de naître avec le premier vol Toussus / Kentley (GB) et ouvre la période des grands raids (Toussus/Dakar). 
Un concurrent au chemin de fer venait de naître : l’avion.

En 1928, Lucien Rougerie, directeur de l’aérodrome, établit une méthode de pilotage sans visibilité (PSV) et créa avec les frères Farman une école de pilotage où d’illustres pilotes sont venus s’y former (Mermoz, Saint-Exupery…)


En 1933,  Air Orient, Air Union, la Société Générale de Transport Aérien (SGTA. ex Lignes Farman) et la C.I.D.N.A., créent une société commune: la Société Centrale pour l'Exploitation de Lignes Aériennes (S.C.E.L.A.). La nouvelle société est rebaptisée Air France.
Air France est officiellement inaugurée à l'Aéroport du Bourget le 7 octobre 1933. Elle reprend l'emblème d'Air Orient, "l'Hippocampe ailé", et s'installe dans les locaux de cette dernière au 2 rue Marbeuf, à Paris.

En 1948, sous la direction de Lucien Coupet, le bureau d’étude de la SNAC (Société Nationale de Construction Aéronautique) qui réunit les sociétés nationalisées, Farman et Hanriot met au point le prototype du « Cormoran NC 211).

De 1952 à 1955 dans la station Farman sont menés les essais du « Monitor », une version monoplan du Stampe.

De 1954 à 1997 la plateforme de Toussus accueille championnats de voltige et grandes fêtes de l’aviation légère et sportive.

2007 : Première célébration du centenaire d’un aéroport en Ile de France où, en première mondiale, un Blériot XI croise un Rafale Marine et arrivée des Aquila dans les aéro-clubs, avions silencieux et économes.

Avec un passé aussi prestigieux et un avenir aussi engageant, cette plateforme de Toussus-le-Noble méritera-t- elle un centenaire de l’aviation civile en 2019 à l’égal de son prestige ?

Nos administrations en décideront…


16/01/2019

Le transport aérien, quelques chiffres...


Airbus A380 descendant de l'Aérobus Farman Goliath F60.
En route pour le Centenaire de l'aviation civile 1919 - 2019
Le transport aérien désigne l'activité de transport de passagers ou de fret effectuée par la voie des airs ainsi que le secteur économique regroupant toutes les activités principales ou annexes concernant ce mode de transport. 
C’est un secteur créateur d'économie locale qui a démarré il y a tout juste 100 ans.

Le transport aérien contribue activement à l'aménagement du territoire et à la création de richesse, notamment aux abords des aéroports (implantation d'entreprises et de plates-formes logistiques, d'infrastructures hôtelières et de restauration...).

Il répond également aux besoins de mobilité des hommes et des marchandises et est indispensable à l'industrie du tourisme en France.

Les résultats économiques mondiaux sont très bons: 57 milliards de dollars de résultat d’exploitation cumulé et 34 milliards de bénéfice net.
Autrement dit la croissance du transport aérien est égale à deux fois l’évolution de l’économie globale.  Il représente maintenant 38 % du commerce mondial en valeur. 
Le continent le mieux desservi par les compagnies à bas coûts est l’Europe avec 36 % du trafic, alors que c’était le marché auquel les experts des transporteurs traditionnels prédisaient l’échec le plus cuisant.

Les résultats de 2018 concernant le transport aérien viennent d’être présentés par l’OACI. 
2018 a été une bonne, voire très bonne année. 
La croissance s’est maintenue à un niveau élevé : +6,1 % ce qui est très au-dessus de la tendance observée depuis des décennies : 5 %.

Ces résultats économiques ont été obtenus en opérant 38 millions de vols. 
Cela représente pour la première fois plus d’un vol par seconde. Autant dire que le transport aérien a pris une part déterminante dans l’économie mondiale. Il a transporté 4,3 milliards de passagers mais ceux-ci ont été transportés sur des distances de plus en plus longues. 

Le trafic international progresse de 6,4 %, plus que le trafic général. le PIB mondial qui n’a progressé que de 3,1 %.  Cette croissance est largement tirée par les « low costs » qui commencent à poindre sérieusement leur nez sur les long-courriers. Ils ont transporté 1,3 milliards de passagers soit 31 % du total. Un système auquel aucun transporteur traditionnel ne croyait. 

En bref 2018 est une année faste. Elle a permis à nombre de transporteurs de retrouver une santé économique dont ils avaient bien besoin.  

Nous sommes très loin des premiers chiffres en février 1919 quand le premier vol s'effectua avec 12 passagers pour un Toussus / Kentley (banlieue de Londres) sur un Farman "Goliath" F60.

(Source : La Quotidienne)

14/01/2019

Velo Toussus vous présente ses meilleurs vœux



Une bonne nouvelle pour démarrer l’année !

Selon nos informations, la piste cyclable Toussus /  Villaroy longeant l’aéroport sera goudronnée et remise en état au printemps prochain. 

Le 8 octobre 2018, nous nous interrogions des retours de la Ryder Cup et des avantages dont les communes avoisinantes ont pu bénéficier lors de cet événement.
Nous avons posé la question à la Mairie de Toussus.

Navettes à la station du PR1
Pour rappel, la commune  avait accueilli le PR1 et ses 3000 voitures.
Les bus et véhicules avaient transité en continu par la piste cyclable en gravier stabilisé, durant la durée de l’événement.
L' enrobé n'avait pas résisté a ce trafic provisoire.

PR1 de la Ryder Cup 2018 -
3000 voitures - parkings motos et vélos
Des communes avaient, en suite directe à cet événement retentissant, bénéficié d’une réfection des voies de circulations ainsi que la création de pistes cyclables (la route agricole Chateaufort / Villaroy) faisant une jonction bien aménagée entre VGP et SQY.  


Nous aurons donc cette réfection de piste Toussus/Villaroy avec jonction à Chateaufort au printemps prochain et remercions par avance VGP et les maîtres d’œuvre.

La prévision de l’organisation d’une Ryder Cup dans les Yvelines ayant été depuis 2015 un élément motivant dans la réalisation de la Piste Cyclable Toussus /Buc comme nous la connaissons actuellement. La piste cyclable Toussus/Villaroy en stabilisé ayant été restaurée en 2012. 

01/10/2018

Une thématique pour des circulations douces sur un plateau aéronautique mythique


En plein développement des voies de circulations douces, les acteurs du développement économique et touristiques seront amenés très probablement à valoriser le patrimoine historique local au travers de divers types d'aménagements qui affichent les atouts du territoire.

Le ton serait donné en fonction de la thématique et du visiteur que l’on voudrait cibler par le biais d’une signalétique personnalisée et des panneaux directionnels de balisage sur le circuit choisi.
Ils orienteraient ainsi vers les attractivités régionales: Monuments, expositions thématiques, fermes bio, restauration, artisans et commodités.

Pour valoriser un circuit, la signalétique serait déclinée sous une même ligne graphique, qui placerait le visiteur dans le contexte historique. Totem d’accueil, panneau d’information, panneau directionnel, table de lecture, clous en bronze : le promeneur sera invité à la découverte, vers des plaques commémoratives des étapes d’arrêts choisies.

Depuis vingt ans, les « modes doux » apparaissent dans les pratiques de plus en plus nombreuses des déplacements des Français.
L'usage du vélo et l'arrivée des VAE, sur un plateau et dans des morphologies de terrains vallonnées accéléreront cette tendance. Un mode de déplacement qui répond aux localisations de nos communes et à une certaine tranche d'âges de la population.

Accompagnée du soutien de l’Europe, d’une évolution du contexte législatif (loi sur l’air de 1996, loi SRU de 2000, Grenelle de l’Environnement en 2007) et de l’action des collectivités territoriales et locales, cette dynamique correspond à une véritable demande sociale. En témoigne le développement de la demande d’activités plus « durables ».
Le retour des circulations douces s’inscrit dans une évolution de la société vers une meilleure «qualité de vie ».

Pour la mise en œuvre de la véloscenie (https://www.veloscenie.com/) qui traverse la communauté de communes de VGP, elle illustre cette volonté de reconquête de l’environnement au travers du plateau de Saclay.
La valorisation de ce « maillage »  (avec dernièrement le raccordement de Toussus le Noble à Buc)  contribue au développement de l’image d’un circuit historique riche depuis à la Royauté  en passant par la révolution industrielle sans oublier l'histoire aéronautique de la région.

Quelques étapes d'un parcours de 15 kms
sur un plateau agricole fertile, berceau de l'aviation
Le développement d’un vaste réseau dédié aux modes doux apparaît comme une opportunité à plusieurs titres :

 • De Versailles, en passant par Buc, les Loges en Josas, Jouy en Josas, Toussus le Noble, , Chateaufort, la Région marquée par son histoire royale, agricole et aéronautique, apparaît comme un territoire où l’usage des VAE, voire tout simplement du vélo, peut s’inscrire dans les pratiques de déplacement de la population, développer le tourisme local en allégeant le taux de motorisation des ménages et y ajouter des aspects culturels.

 • En se connectant par GPS ( p.e. Geovelo) et par l’intermédiaire des guides de voyages (p.e. le Routard) aux réseaux de circulations douces existants (chemins de promenades et de randonnées, pistes cyclables urbaines et inter-urbaines…), ces linéaires (Totems) pourront contribuer à la mise en place d’un véritable maillage des territoires répondant à de multiples usages signalétiques : desserte des équipements publics, des sites naturels et/ou récréatifs, des gares ou pôles d’échanges multimodaux, etc.

L’offre et le balisage d’itinéraires dédiés aux modes doux est une réalité. Ils soulignent des potentialités importantes.
En renforçant le maillage des territoires et en participant à leur requalification, la mise en place d’un « réseau thématique » dédié aux « modes doux » permettrait de contribuer au développement de ce mode de transport et fournir aux partenaires potentiels des pistes de réflexion pour mener à bien ce type de projets.

27/08/2018

Pédagogie, circulation douce et patrimoine à Toussus le Noble



Septembre 2017 - Inauguration de la piste cyclable Toussus - Buc
L'Association VeloBuc a donné naissance, en avril 2018, à VeloVGP en transférant à cette dernière son statut d'association (changement de nom et changement des membres du bureau, de siège social).
Dans la même opération les antennes de cette association : VeloBuc (Buc), VeloBougeCelle (Bougival-La Celle Saint Cloud), VeloLoges (Les Loges en Josas), VeloToussus (Toussus le Noble ), VeloVersailles (Versailles) ont été déclarées également et lui ont été administrativement rattachées.

L’ association VeloVGP aura comme interlocuteurs privilégiés, la communauté d'agglomérations, le département, la région, les autres associations, clubs, fédération.
Les antennes ancrent les actions de VeloVGP au sein des municipalités en étant les interlocuteurs privilégiés des élus, aménageurs et usagers de ces municipalités.

L'objectif de cette transformation est de renforcer les actions d'amélioration des mobilités actives en utilisant les réseaux de décisions aux meilleurs niveaux en fonction des circonstances.
Cette transformation s'appuie sur la notoriété de VeloBuc et la confiance acquise au cours des ans, aussi bien de la part des usagers que des pouvoirs publics et institutions.

VeloToussus, au départ, une antenne de VeloBuc, a été lancée lors du Forum des associations le 8 septembre 2012. Elle a faire reconnaître la marche à pied et le vélo comme moyens de déplacement à part entière, permettre le choix de la mobilité "active" au quotidien, faire développer des aménagements urbains en faveur d'un apaisement de la vitesse et encourager le respect mutuel entre les usagers.
Elle a dès le départ, concentré ses efforts dans la réalisation et la concrétisation de la piste cyclable pour désenclaver Toussus en la reliant à Buc.
Elle a fait valoir les impacts physiques, économiques et environnementaux de cette jonction et a été  partenaire et force de proposition vis-à-vis des organismes décideurs (brochure Projet 2/88). Cette liaison cyclable sécurisée est ouverte depuis un an,  son intérêt est constaté tous les jours.
Elle est très fiere d’y avoir contribué.

D’autres sujets tiennent à cœur pour VeloToussus : 

-        A l’intérieur du village, urbanisme et mobilité, sécurité piétons et cyclistes

Les haies publiques ne sont pas régulièrement entretenues (hauteur, densité), elles empêchent une bonne visibilité des piétons et des voitures ; les haies privées longeant la voie publique empiètent souvent sur les espaces communs, les voies piétonnes sont rarement accessibles et les personnes avec des poussettes doivent circuler sur la chaussée. VeloToussus avait préconisé le maintien des haies pour un environnement plus vert, plus fleuri et mieux sécurisé, mais en les entretenant régulièrement et en attirant l’attention des propriétaires sur la nécessité de ne pas déborder sur l’espace public.
Un communiqué municipal de 2016 annonçait des travaux d’assainissement dans le quartier des "Demeures de Toussus" prévus sur une durée de 3 ans à raison de 3 à 4 semaines chaque année et qui  devaient finir à l’été 2018.  
Ces travaux n’ont pas été entrepris.

En tant que relais associatif, l'antenne VeloToussus au travers de son responsable d'antenne Gérard Finan a rappelé que tous travaux de voirie sur la commune entraîneraient en son temps, l'obligation de l’application de l'ex-loi sur l'Air dite « LAURE » modifiée par l'article L228-2 sur les itinéraires cyclables à l'occasion des réalisation ou rénovations des voies urbaines et ce qui nécessiterait de prévoir, dès l'amont des projets de voirie, les aménagements cyclables adaptés.

VeloToussus a sollicité l’équipe municipale pour apporter ses compétences et celles de ses partenaires afin de mener ensemble les réflexions relatives à ces aménagements et établir un partenariat de qualité et constructif, dans l’intérêt général.  Pas de réponse de la mairie à ce sujet.

-        Avec les communes voisines, valorisation du patrimoine historique et culturel

VéloToussus en collaboration avec Aériastory se lancera dans un nouveau projet de valorisation du patrimoine aéronautique en favorisant l’utilisation des circulations douces et l’utilisation des vélos dans un mode aussi bien actif que ludique. Un argument qui avait porté ses fruits comme nous le rappelions au travers de notre article  en 2015: https://aeriapole.blogspot.com/2015/10/la-piste-cyclable-toussusbuc-et-la.html
Le projet serait de proposer ou même, de le réaliser (en fonction des budgets qui pourraient être collecter) des haltes culturelles au travers de panneaux, sur un parcours existant afin d’informer le visiteur de son passage sur un circuit historique et mythique, celui de rouler sur un territoire  « Berceau de l’Aviation » une terre où « les ailes ont pris racine ». 

Ce circuit serait le thème d'une balade culturelle, sur le plateau,  autour de l’histoire de l’aviation depuis l’aéroparc Blériot, nouvellement restauré, l’aéroport Farman, jusqu’au micro-musée Pégoud du domaine de la Geneste avec la possibilité d’intégrer la ville de Versailles. 

Un parcours sur une piste cyclable d’environ 15 kms sur le Plateau : Buc : 5 km  ; Toussus : 5 km ; Chateaufort : 5 km. qui a été initié depuis le centenaire de l'aeroport de Toussus en 2007 et repris pour le centenaire du saut de Pégoud en 2013 : http://graines-de-toussus.blogspot.com/2013/09/ballade-en-velo-sur-les-pas-des.html

Récemment, une application GPS sur téléphone portable à vu le jour. Géovélo ne peut être considéré comme une simple application de guidage GPS pensée pour les vélos. 
D’autres fonctionnalités simplifieront le quotidien des amateurs de bicyclettes comme un accès aux disponibilités en Vélib, Vélo'v et autres solutions de location de vélos en libre-service.
Des itinéraires de loisirs sont proposés sur certaines villes : l’occasion par exemple de parcourir autrement les rues et découvrir un patrimoine exceptionnel en profitant d’un grand bol d’air."

Tout est dit...

-        Et encore…

Avec les partenaires : La convergence (mois de Juin), accès à des dossiers thématiques pour réfléchir (convivialité et espace pour tous), s’informer (les bienfaits du vélo), s’équiper (dossier V.A.E.), se déplacer en toute sécurité (être bien visible), actions pédagogiques dans les écoles… et bien d’autres !

Venez rencontrer VeloToussus, lors de la journée des associations, à Toussus, le 8 septembre

08/06/2018

Vision dynamique d'un aéroport du futur


Retour en image sur des vidéos de 2010 quand notre projet de l'après centenaire était de jumeler Toussus à Duxford et d'essayer de rapprocher deux Pôles universitaires, celui de Cambridge et le plateau universitaire de Paris Saclay qui était en construction
L'aéroport de Toussus, son histoire centenaire étant le trait d'union avec celui de Duxford avec un axe Ferté-Alais et Jean Salis pour avoir un équilibre au niveau des musées de l'histoire aéronautique.

Une possibilité qui a germé de nos échanges avec le Capitain Stonor attaché militaire à l'ambassade de Grande Bretagne, lors de nos fréquentes rencontres. La commune de Toussus étant de la taille de celle de Duxford, à proximité d'environnements universitaires et dans des communautés de communes qui se ressemblent : Cambridge et Versailles
Mme Valerie Pecresse, marraine du Centenaire de l'aéroport de Toussus était ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, M Etienne Pinte, député et Maire de Versailles et la commune de Toussus favorable à l'idée dans son ancienne majorité.

Cependant, le projet, malgré l’intérêt de nos correspondants anglais, n'a pu aboutir par manque d'enthousiasme de leurs élus et l’état embryonnaire du Paris Saclay.  (article associé). 
C'était en 2010.




Vidéo du séjour à Duxford de la délégation Nobeltussoise 
pour montrer aux petits et grands l'environnement anglais auquel nous souhaitions nous jumeler.
Aïcha Borges, Corinne Saunier et Gérard Finan







Vidéo du passage de la Délégation de Duxford à Toussus - 2009
quand avec l'AJBS et Jean Salis nous voulions créer un axe Duxford/Toussus/Ferté-Alais

2018 : Huit ans plus tard  revenons sur le sujet : 

Les universités et campus européens prestigieux ne manquent pas. 
Toussus et son aéroport continuent, toujours dans cette optique, à garder un potentiel. Celui d'être un tremplin pour une jeune génération dans un vivier dynamique riche en matière grise, le Paris Saclay étant sorti de terre.

C'est ainsi, qu'aujourd'hui, en complément de l'aéroport du futur décrit en 2007 par M Michel de Ronne, directeur du Bourget et des Aérodromes d'aviation générale, l'arrivée des aquila et des avions école nouvelle génération, que nous concevions un aéroport actif et dynamique, sur une plateforme ou les écoles de pilotage ont existé dès la naissance de l'aviation. 
Toutefois, les délais prolongés de l'arrivée de l'avion électrique pour les écoles de pilotage, la formation de leurs instructeurs et les tours de pistes ne suffiront pas à faire de cet aéroport mythique, une plateforme dynamique. 
L'avion éléctrique serait il la solution d'avenir alors que le souhait du développement de cette énergie pour les véhicules et les avions, souhaitée politiquement  devient de plus en plus critiquée économiquement en matière de préservation de l'environnement, de son mode d'exploitation et du recyclage de ses produits ?


Université Trinity de Cambridge
Dans le classement des 100 meilleures universités européennes pour l’année scolaire 2015-16,  Times Higher Education (THE) fait la part belle aux établissements britanniques.
Dans ce classement,  si on note également le très bon résultat des universités scandinaves et allemandes, le résultat met en évidence la vision économique du secteur universitaire britannique et son aspiration à l’excellence. 

Comme le rappelle l’éditeur du THE:  “Les étudiants étrangers sont extrêmement importants pour la santé financière du système éducatif au Royaume-Uni.
Ils dépensent 4,5 milliards de livres environ par an (5,8 milliards d’euros environ) en frais de scolarité et loyers, mais apportent aussi énormément aux autres étudiants par leur expérience et leur culture.” Pour préserver cette manne financière qui contribue à la bonne santé économique de plusieurs grandes villes, les universités britanniques sont très rigoureuses sur le choix des enseignants et sur l’offre de service. Chacune de ces grandes écoles aspirent à proposer le meilleur, et année après année, le nombre des étudiants, notamment celui des étudiants étrangers, n’a pas cessé de croître.

l’Allemagne obtient la seconde place des nations les plus représentées. Ses universités obtiennent des résultats remarquables sur des critères tels que l’environnement de l’enseignement, une mesure basée sur la réputation des écoles, ainsi que sur la situation financière de l’établissement, le nombre d’étudiants inscrits ou le nombre d’enseignants disposants d’un doctorat.
Avec 15 universités distinguées, la France se classe au quatrième rang européen derrière l’Angleterre (46), l’Allemagne (36) et l’Italie (19). L’Ecole normale supérieure (ENS) qui est la première citée, n’apparaît qu’à la 17ème place de ce classement.
Dans le top 100, on ne trouve que Polytechnique (43ème ex-aequo), Paris 6 Pierre-et-Marie-Curie (51ème) et Paris-Sud (96ème).
Cette situation qui n’est pas nouvelle, confirme que la France doit reconsidérer les moyens qu’elle met à disposition de ses universités afin d’en améliorer l’attrait.
Le classement des meilleures universités européennes est extrait du classement des meilleures universités du monde déjà publié par THE, en fonction de treize critères parmi lesquels : la recherche, la pédagogie, l’échange des connaissances ou l’activité internationale.

Le classement des 25 meilleures universités en Europe (2015-2016)



Le Campus Paris-Saclay vise à créer sur le site du plateau un campus de rang mondial. Trois universités et une école normale supérieure, six instituts et organismes de recherche, dix grandes écoles ainsi qu’un pôle de compétitivité seront rassemblés sur un même territoire. 
Cet ensemble qui représenterait 20% de la recherche nationale française en 2020 est tout indiqué pour créer la synergie avec les autres pôles universitaires européens. 
Paris-Saclay  /  Vue aérienne

L’Université Paris-Sud, déjà implantée sur le plateau de Saclay, s’est associée au projet pour en devenir un acteur central. Le campus Paris-Saclay constitue pour l’université une opportunité de mettre en valeur ses forces de recherche et de formation et d’accroître les synergies avec ses partenaires. 
L'Université Paris-Sud présente à travers diverses implantations : Des laboratoires de Physique en bordure du plateau (LPS, LAC, FAST , LIMSI) au cœur du quartier du Belvédère le laboratoire de Géosciences Paris-Sud l'IUT d'Orsay La Maison de l'Ingénieur – Polytech Paris-Sud, un pôle de formation et de recherche en informatique (PUIO et PCRI), un pôle biologie : l'Institut des Sciences des Plantes de Paris-Saclay (IPS2) et la station génétique de la Ferme du Moulon.

L'aéroport de Toussus serait un tremplin pour développer l'activité internationale de cette dynamique universitaire au travers des lignes aériennes avec des avions qui répondent aux normes de cet aéroport pour relier les universités et centres de recherches. 

Une plateforme qui serait une nouvelle fois précurseur et démontrer que la toile des aéroports  en France peut répondre au développement économique d'une Région.  (articles associés :   taper AGATE dans la case rechercher en tête de ce blog. )