Pages

14/04/2015

Un avenir en rose, vers l'aéroport du futur : De l’Aquila aux avions électriques à Toussus-le-Noble

Il est loin le temps où en 1907, l'aérodrome de Toussus-le-noble cohabitait avec les moutons des champs du Trou Salé. De même il est loin le temps où, en 1973, l'aérodrome enregistrait plus de 200 000 mouvements d'avions.

Aéroport qui dans son histoire, records, avancées techniques et dynamisme économique s’y sont conjugués, rattaché à ADP, ouvert à l’international, il accueille aussi bien les vols d'affaires que les écoles de pilotage préparant les pilotes professionnels de demain et les aéroclubs.
Toussus-le-Noble, qui se classe dans le peloton de tête des dix aérodromes gérés par Aéroports de Paris est aujourd'hui l'aérodrome du futur qui veut concilier activités et environnement.
Ce lieu d'histoire, berceau de l'aviation, est un important pôle d'intérêt, vivier d'emplois et source de loisirs de la région.
A ce titre et pour toujours mieux l'insérer dans son milieu, ADP, en collaboration étroite avec la DGAC et les collectivités locales, procède à bon nombres de travaux de proximité. Dans ce cadre, une Charte Environnementale a été signée en 2005 afin de pérenniser l'activité de l'aérodrome tout en prenant en compte la qualité de vie des riverains.
Ainsi, des silencieux financés en partie par ADP sont installés sur  des avions compatibles afin de réduire les nuisances sonores en respectant la Charte et en bonne collaboration avec les membres du comité de suivi
Dans ce dialogue va dans le bon sens, la DGAC et ADP apportent leur soutien technique afin d'améliorer le quotidien de chacun avec pour l'objectif d'améliorer les relations en trouvant des consensus avec la  volonté des acteurs pour pérenniser l'aérodrome et ses activités et l'insérer dans son environnement

Depuis le centenaire de Toussus en 2007, pour plusieurs aéroclubs comme le Touring Club et l’IPSA leur avenir était dans l'investissement dans des avions de nouvelle génération tel que l'Aquila qui jouit d’une bonne notoriété dans l’Europe entière. Silencieux et maniable, il est utilisé par des écoles de pilotage, des pilotes privés,et des clubs, y compris ceux de Lufthansa, Airbus et de SFG-Swissair.  D’autres aéroclubs à Toussus ont équipé leurs flottes d’un échappement silencieux.

C’est, toutefois, le 27 juin 2014 lors d’une démonstration de l’E-FAN d’ Airbus, un prototype d’avion tout électrique, à l’aérodrome de Toussus-le-Noble lors de la clôture du défi «100/24, 100 aérodromes en 24 heures » qui apportera un nouveau souffle vers un nouvel horizon plus dégagé à l’aviation d’affaires et de loisirs. Cet avion de dernière génération et du futur qui répondra à la demande, aux normes et à l’exigence environnementale de tous les aéroports limitrophes de zones urbaines en fort développement.

Un équilibre et une stabilité comme nous l'avions déjà défini en 2007 (voir article GHTN),  un espoir dans ces nouveaux avions électriques pour ces aéroports à l’avenir qui était incertain et qui souffrent l'étranglement d'un urbanisme rampant vorace.  

crédit photo : Frédéric Réveillé - Défi 100/24 - juin 2014