Pages

27/10/2019

le GSIGN et le GIGN sautent sur Toussus - Mémoire du Cdt Jacques Pageix




Un fait marquant sur l'aéroport de Toussus-le-Noble: 

 Un exercice du GSIGN - (Été 1986)



Au cours de l'été 1986, je fus sollicité par le GSIGN (1) qui souhaitait organiser un exercice sur l'aéroport de Toussus-le-Noble. Ayant répondu favorablement sur le principe, j'accueillis dans mon bureau l'Adjudant de gendarmerie Bellanger afin de préparer cet événement.





Il me présenta d'abord l'organisation du GSIGN, basé à Satory, alors commandé par le Colonel Friedrich (2). Cette unité d'élite regroupait:

- Un état-major avec un officier et 12 sous-officiers;

- Le GIGN (Groupement d'Intervention de la Gendarmerie Nationale) avec 4 officiers et 74 sous-officiers, alors commandé par le Capitaine Legorjus (3);


La "roulante" et la R16 du Colonel...
- L'EPIGN (Escadron Parachutiste d'Intervention de la Gendarmerie Nationale) créé en 1984, comptant 5 officiers et 130 sous-officiers), alors commandé par le Capitaine Chancerelle;

- Le GSPR (Groupement de Sécurité de la Présidence de la République) commandé par le Lieutenant-Colonel Le Caro (5 officiers et 90 sous-officiers).



On ajouta en 1985 à ce dispositif un groupe "Instruction" chargé de rechercher et d'organiser des thèmes d'entraînement pour ces différentes unités.




L'adjudant m'expliqua ensuite le thème de cet exercice qu'il souhaitait effectuer à  Toussus-le-Noble, en mettant en œuvre le GISGN, l'EPIGN et le GIGN, avec la participation du COTAM (4), également basé à Villacoublay.



Cette opération devait servir, me dit-il, à tester la bonne coordination entre les différentes unités (Blindés, Parachutistes, GIGN, Armée de l'Air).
le Transall qui sème ses corolles grises... 

Évidemment, je fus impressionné par cette présentation qui nous promettait une démonstration grandiose sur l'aéroport...

Le scénario choisi visait à récupérer un otage détenu par des rebelles retranchés dans la vigie de la tour de contrôle, sur un aéroport ami, mais toutefois dans une contrée étrangère, hostile à notre pays, dont les forces armées pouvaienr à tout moment investir la plate forme.
         
L'adjudant Ballanger
s'apprête à réceptionner les paras
          
Au petit matin, sur le chemin de mon bureau, j'allai visiter le Colonel Friedrich, déjà installé confortablement dans sa "roulante", une fourgonette Renault bien équipée, stationnée sur le parking non loin de ma résidence. Il m'accueillit et m'offrit un petit déjeuner convivial...Quatre véhicules blindés de la gendarmerie (5) s'étaient placées à proximité de sa roulante transformée pour l'occasion en P.C.
         
Le Colonel, blessé lors d'un saut récent en parachute, en se receptionnant trop brutalement au sol, marchait avec des béquilles.

Dans la matinée, un stick de parachutistes fut largué d'un Transall du COTAM à l'Ouest de l'aéroport. L'adjudant Bellanger, équipé d'un talkie-walkie, assurait la liaison radio avec les équipages des Transall qui suivaient un cap tenant compte de la direction du vent, matéralisée au sol par de puissants fumigènes.
Le bloc technique; 
on distingue le restaurant "La Volière", 
la vigie  et l'aérogare (l'Isba).
          Les parachutistes, aussitôt sur le sol, se déployèrent à la périphérie de l'aérodrome afin de prévenir toute attaque pouvant venir de l'extérieur ;
Photo qui montre
l'activité de l'aéroport en 1986...
Ensuite, sous la conduite du capitaine Legorjus, le GIGN passa à la phase de libération de l'otage détenu dans la vigie. La "trouvaille" du capitaine pour y parvenir fut très originale: posté à l'entrée de l'aéroport, il réquisitionna sans façons la camionnette frigorifique d'un livreur qui se rendait au restaurant "La Volière", établissement situé comme chacun sait au pied de la tour de contrôle. Le Capitaine Legorjus et son adjoint demandèrent donc au chauffeur de patienter quelques instants et celui-ci -l'inquietude succédant à la surprise- leur répliqua "qu'il était ravi de partager le jeu des gendarmes, mais que ses denrées surgelés ne souffraient pas d'attendre pour être livrées à la Volière"...Le Capitaine le rassura...
Le Capitaine Philippe Legorjus (à gauche) et son
 adjoint sur la terrasse de la tour de contrôle 
avec son garde corps sur lequel
 vint s'agripper les grappins...

Au moment où le livreur passait au pied de la tour, le Capitaine Legorjus et son adjoint surgirent soudain de la camionnette, lancèrent deux cordes et leurs grappins qui vinrent s'agripper au garde corps de la terrasse, au sommet du bâtiment. Cette ascension fut, on s'en doute, lestement menée par nos deux hommes surentraînés: ils firent irruption comme par enchantement au milieu des contrôleurs aériens médusés, neutralisant le preneur d'otage, et délivrant l'otage. Il est évident que nous fûmes tous ébahis par ce dénouement si rapide...
Au même moment, un Transall du COTAM venait, après un magnifique posé d'assaut de quelques dizaines de mètres, se poster sur le parking situé au pied de la tour de contrôle. Il ouvrit sa trappe arrière, par laquelle on embarqua l'otage et son ravisseur, puis il décolla aussitôt vers Villacoublay, mettant un point final à toutes ces péripéties.

Le Transall du COTAM, 
 (photo prise de la terrasse 
de la tour de contrôle).
Au soir de cette mémorable journée, nous fûmes invités à participer à la séance de débriefing à Villacoublay, dans les installation du  COTAM, séance suivie d'un inévitable cocktail où je pus converser avec tous les acteurs de cet exercice mené il est vrai de main de maître. On nous distribua des fanions-souvenirs.
 
--o--

(1): Groupement de Sécurité et d'Intervention de la Gendarmerie Nationale (GSIGN).

(2): Le Colonel Friedrich commanda le GSIGN en 1985 et 1986 (le temps de commandement de cette unité militaire, comme beaucoup d'autres, était toujours très court, de l'ordre de trois ans);

(3): Le commandant Philippe Legorjus, capitaine de gendarmerie, commandant le GIGN de 1985 à 1989, sera confronté quelques années plus tard, alors qu'il était toujours commandant du GIGN, à la prise d'otages dans la grotte d'Ouvéa en Nouvelle Calédonie en avril-mai 1988. En se rendant dans la grotte pour négocier, il fut lui-même pris en otage. Les otages furent libérés après l'assaut de la grotte (opération "Victor"), lancé le 4 mai 1988, qui se soldera par deux morts et quatre blessés côté militaire et 19 morts du côté du FLNKS des Kanaks.

(4): Le COTAM, Commandement Opérationnel du Transport Aérien Militaire, basé à Villacoublay, BA 107.

(5): Véhicules blindés à 4 roues motrices de la gendarmerie, VXB 170 fabriqués par Berliet.
          --o--

                                                                               Jacques Pageix octobre 2019.


Dans la chronologie des articles de M. Jacques Pageix - Commandant de l’aéroport de Toussus:


10/10/2019

Toussus le Noble, un théâtre d’opérations diverses et variées - souvenirs du Cdt Jacques pageix


Le hangar FARMAN, implanté sur  une enclave privée de l'aéroport, 
avec accès aux pistes par un taxiway également privé. 
Il offrait de nombreuses place de stationnement aux avions, et disposait d'un atelier d'entretien. 
Éphèmère basilique, il accueillit  les reliques de Sainte-Thérèse..

À Toussus-le-Noble, au début de l'année 1995, je fus contacté par l'Évêché de Versailles pour organiser sur l'aérodrome le départ d'un périple aérien pour le moins étrange, voire surréaliste...

          L'idée qui me fut exposée par l'évêché était de transporter la châsse de Sainte Thérèse de Lisieux en avion, pour lui permettre d'aller ainsi à la rencontre des fidèles, de ville en ville! Il s'agissait en quelque sorte d'un pèlerinage à l'envers: les pèlerins, au lieu de se  déplacer à Lisieux pour y vénérer les reliques de Sainte Thérèse, pourrait ainsi la vénérer à deux pas de chez eux.

          L'évêque de Pamier (Mgr Albert-Marie-Joseph Cyrille de Monléon) était le promoteur de cette idée lumineuse et souhaitait la voir se réaliser rapidement.

          Je n'ai malheureusement pas conservé de photos de ce curieux épisode ; peut-être n'y en eut-il pas ? De plus, ce souvenir est un peu confus dans ma mémoire. Mais le fait est curieux et je pense donc qu'il mérite d'être rapporté.

          À cette occasion, mon ami le Père Jacques Minard, curé de la paroisse de Châteaufort-Toussus (*) ne manqua pas de me faire passer « sous la soutane » quelques caricatures bien senties, en y mêlant mon chien Helliot, qui n'avait pourtant aucunement trempé dans cette affaire. 
J'ai conservé ses petits croquis et je me décide pas à les présenter ici, car cela pourrait choquer certains et le faire sursauter lui-même dans sa tombe (même s'il y a prescription!).
         
          Le mois d'avril venu, pour recevoir dignement la châsse et son précieux contenu, on aménagea une basilique éphémère dans le hangar de la société Farman (enclave privée sur l'aérodrome, donc terrain neutre, alors exploitée par Monsieur Péchenard).

          Une messe fut dite par l'évêque. La châsse qui servait d'autel, quelques fumigènes, l'encens, les chasubles colorées, le caractère "décalé" de cette cérémonie au milieu des avions modernes alignés en bon ordre dans le hangar , tout cela composait un spectacle pour le moins surréaliste...

L'avouerai-je, je commis une petite facétie : je me souviens que l' évêque me demanda quel était ce curieux avion à réaction jaune qui tranchait avec les autres par son aspect militaire...

          C'était un Albatros, avion Tchèque, que le fameux Bidoux (ce Bidoux était connu à Toussus pour faire des affaires de tous bords, et l' on était nombreux à croire que son nom avait produit ce verbe à consonnance argotique: « bidouiller »). Il avait acheté cet avion (c'est le même type d'avion qui compose la patrouille de voltige Breitling) et, avant que l'on puisse connaître le destin que ce Bidoux comptait assigner à sa nouvelle "danseuse", comme il aimait à le souligner, les Douanes avaient saisi l'avion qui fut aussitôt transporté dans le hangar Farman dont le responsable, Monsieur Péchenard, avait été nommé « gardien de saisie conservatoire » (**).

          Je répondis à l'évêque : « c'est un avion de chasse Monseigneur : il est donc adapté au transport de reliques ! » Je me souviens bien que l'évêque, que j'avais jugé un peu prématurément inaccessible à toute sortes d'humour, n'avait pu réprimer un fou-rire !

Il conviendrait, pour compléter ces lignes, de retrouver des document permettant de retacer précisément quel fut le déroulement exact de ce curieux périple sur notre territoire, car je n'en ai malheureusement conservé aucun souvenir.

(*) : Jacques Minard  (Vanves, 12 octobre 1930 - Châteaufort, 17 mai 2006): Il fut pour moi avant tout un amis très cher. Personnage « haut en couleur », mais prêtre exemplaire dont les sermons, profonds, ciselés, souvent à l'emporte pièce, étaient de véritables moments d'éloquence qui réveillaient les consciences. Il n'aimait pas les pompes de l'Église, un peu provoquant et iconoclaste...Il avait une plume alerte qui jouait non seulement de l'écriture, mais aussi de la caricature (cela rime...). Ses dessins étaient aussi « pertinents » que ses discours. 

Je me revois, sirotant (modérément bien sûr) avec lui sous sa tonnelle du presbytère quelques breuvages anisés, tout en devisant : lorsqu'un avion survolait le village, il ne manquait pas de m'interpeller :
" Regarde, Jacques, encore un pilote qui prend mon clocher pour une balise!"...


 Ou bien, lors d'un concert d'orgue à la  cathédrale St-Louis de Versailles, où le récital de Fauré (je crois) nous endormait, il prit un crayon et dessina d'un trait un enterrement de première classe...On pouffa un peu trop bruyamment et certaines bigotes versaillaises se retournèrent en nous fusillant du regard. 
Heureusement que Jacques ne portait aucun signe distinctifs de son appartenance au clergé ! ...

Jacques, à la fois organiste et facteur d'orgue, et aussi curé aux sermons percutants mais émouvants, que j'aimais beaucoup, et qui, par son engagement, son sens de l'amitié, et son humour décapant, frisant parfois le canulard, était un phare pour "ses copains" (son expression favorite). Mes souvenirs à son propos mériteraient tout un ouvrage: je me souviens pêle-mêle du récit de son premier sermon à Taverny en présence de ses parents : lors de sa montée en chaire, son aube, malencontreusement accrochée à la rampe, se déchira et ses petit papiers aides-mémoire posés sur le rebord en velour rouge s'envolèrent. Son arrivée au sein de sa paroisse de Châteaufort-Toussus fut très remarquée: son bulletin paroissial "Carillon" (du nom de son chat) fit sensation, ainsi que quelques canulards avec ses complices Patrick Esnault le secrétaire de mairie et Jacques Marinovic, éclairagiste à la télévision ; il passa même à la télé dans une émission de Dechavanne pour présenter l'une de ses inventions.  

          Avec Jacques Minard, Jacques Marinovic et Patrice Pannetier, nous visitâmes Patrick Esnault à la clinique Aumont à Versailles lors d'une banale opération: quelle rigolade! Jacques et moi, nous nous étions déguisés en momie avec des rouleau de papier "Q" et nous fîmes irruption dans une chambre qui n'était pas la bonne! Il y avait-là un couple de bon petits vieux qui furent terrorisés par cette lugubre et soudaine apparition. Enfin rassemblés autour du bon lit, un apéro anisé fut servi et Patrick renversa son verre (plein) sur ses draps, ce qui ne fut pas apprécié on s'en doute par l'infirmière qui alla clamer partout qu'une chambre avait été envahie par une  bande de poivrots. Il y eut par la suite le séjour de Jacques à la clinique des Franciscaines qui déchaîna aussi les spécialistes de canulars et le mien au même endroit qui inspira quelques caricatures inavouables...

          Il "administrait" avec talent tout à la fois l'église de la paroisse de Châteaufort - Toussus-le-Noble, le presbytère, et le prieuré qu'il avait embelli d'une crypte enterrée dans un monceau de gravats et qu'il dégagea à la force de ses bras et qui devint le siège de nombreuses veillées.

   
(**) : Ce Bidou était un personnage de bande dessinée : aventurier notoire, connaissant donc des hauts et des bas ; il nous avoua qu'il avait une vieille mère richissime qui le renflouait lorsqu'il avait fait de mauvaises affaires, ce qui lui arrivait de temps à autre, car il avait un côté naïf, et cela le rendait assez sympathique..
Outre l'affaire de l'Albatros, ces deux épisodes le caractérisent :
          Il trempa un moment dans les avions renifleurs. L'un de ces avions, avec sa longue antenne implantée sur le nez, demeura longtemps sur le parking entre deux missions ; un jour, ma comptable d'Aéroport de Paris, madame Devémy, s'en émut et signifia à la société le montant des taxes dues, qui était pharamineux. Ce fut mon Bidoux qui vint s'en acquitter auprès de la comptable en ouvrant sous ses yeux étonnés un attaché-case bourré de dollars, et en payant « rubis sur l'ongle »...
          Un jour où il était particulièrement en verve, il nous raconta une équipée dans un pays d'Afrique en révolution où, au moment où il signait un important contrat avec un nabab local, l'aéroport où il avait garé son avion fut investi par les rebelles et il eut juste le temps de redécoller entre deux rafales de mitraillettes...

          À Toussus, "sévirent" aussi les frères Jacquemond. Le plus jeune était dans ma classe en terminale ; c'était un cancre qui s'était fait virer en cours d'année scolaire. C'est dire si je fus étonné de le retrouver un jour au bar de la volière , devenu commandant de bord au sein de la compagnie UTA ! Évidemment, il me reconnut et m'interpella bruyamment...Son frère aîné était un baroudeur. Il faisait du trafic et je crois bien qu'il était un peu protégé par nos services dits "spéciaux" qui lui confièrent parfois des missions occultes. Ainsi, c'est lui qui décolla nuitamment de Toussus pour aller chercher l'ethnologue Françoise Claustre, enlevée en 1974 par Hissen Abré et séquestrée au Tibesti, et qui la ramena en France...

         
Toussus fut assez souvent, il est vrai, le théâtre d'opérations secrètes, accomplies en marge des règles et des lois. En 1936, des avions furent fournis à l' Espagne pour équiper l'aviation républicaine et compléter ainsi les envois soviétiques (les fameux "Polykarpov"). La douane fermait les yeux... L'établissement Farman expédia des avions d'école, les "Alizé" F-480 qui avaient été spécialement conçus pour l'Espagne. Jean-Baptiste Salis père, alors installé sur l'aéroport, fournit quant à lui plusieurs avions, non sans s'être auparavant transporté sur place à bord d'un Dewoitine, pour y rencontrer les responsables républicains.

          En août 1937, plusieurs avions destinés à l'Espagne furent détruits dans un attentat à l'explosif perpétré par la Cagoule...

                                                                           
Jacques Pageix 2015


Dans la chronologie des articles de M. Jacques Pageix - Commandant de l’aéroport de Toussus: 


05/07/2019

Journée européenne de l'hélicoptère à Toussus le Noble





Le dimanche 30 juin a eu lieu la première journée européenne de l'hélicoptère organisée par Hege Hélicoptères, l' AFMAé (CFA) et la Gendarmerie avec le soutien d'Airbus.

Une centaine de personnes se sont données rendez-vous à l'aéroport pour montrer leur intérêt dans l'hélicoptère. 

Des stands les accueillaient pour répondre aux questions et permettre de visiter et découvrir les hélicoptères sur place. 

Des baptêmes de l'air ont été organisés  pour cette journée.

Cette première perfectible a été appréciée des visiteurs. 

Les organisateurs souhaiteraient renouveler l'événement l'an prochain avec une meilleure communication, plus d'intervenants et des meilleures interactions entre les usagers de la plate-forme. 


Peut être un Paris Air Expo 2021 à Toussus  ?
(Celui de 2020 se déroulant à Lyon) et l'axer sur le développement durable et les avancées des constructeurs dans ce domaine ?

A suivre....


Bruno Muthelet


Crédit photos : Bruno Muthelet








19/06/2019

L’ONG L’Écoute, Jean-Marie Chami, le « prêtre vert » et son Engagement écologique au Liban


Un acteur dans son environnement au Liban qui retient l'attention d'Aériapole :
L'histoire d'un personnage au parcours atypique, doté d'un courage et d'une persévérance alimentés par une Foi qui déplace les montagnes.

« Face à la crise des déchets au Liban et au terme d'une recherche sur les mesures prises dans ce cadre par d'autres pays, L’ONG L’ECOUTE travaille particulièrement le tri et le recyclage de matières non-organiques, avec les handicapés et les écoles pour pouvoir construire l'avenir du Liban », constate le père Jean Marie Chami, fondateur et Président de L’ECOUTE.

Des chiffres éloquent de l’ONG L’ECOUTE pour leurs tris sélectifs et le recyclage :
  •  Distance parcourue par chacun de leurs 2 vans équipés pour le transport de personnes handicapées +/- 300,000 km
  • Poids mensuel de papiers et cartons collectés et recyclés  : 130 tonnes
  • Moyenne hebdomadaire de sociétés visitées  + 800 sociétés,  
  • Proportion de personnes handicapées travaillant au sein de L’Ecoute 68%

Dans le cadre de leurs heures de service communautaire, les jeunes aident à trier les produits collectés dans des lieux spécialement aménagés.

Une demande et un volume en forte croissance qui nécessitent rapidement des investissements lourds en lieu de stockage, de moyens de transport et de machines de recyclage, de presses, etc…

Ce qui a poussé l’ONG l’ECOUTE à construire  sur une surface de 3000 m2 des entrepôts pour le stockage et le tri, le logement pour les ouvriers, des lieux d’accueil et de convivialité pour les volontaires.

Une croissance qui ne va pas sans des moyens financiers nécessaires dans la gestion  de l’ONG pour l’acquisition de machines capables d’optimiser, de faciliter le travail manuel, de développer et dynamiser le tri et son recyclage

Une petit mot d’introduction sur le Père Jean-Marie Chami.

Avant de se consacrer à Dieu et aux autres, c'était un jeune homme de tous les extrêmes. 
Sa conversion, en 1985, en dit long sur le parcours atypique de ce « prêtre vert » qui cultive l’engagement en faveur des plus démunis et de l’environnement. 

Devenu aumônier des sourds au Liban, il fonde en 1999 L’Écoute, afin de « renouveler l’énergie » de ceux qui se sentent seuls ou abandonnés. Il s’
engage dans la protection de l'environnement à travers d'un service de recyclage et du tri sélectif pour faire bénéficier les malentendants. Il crée L’ONG l’ECOUTE. 

L’ONG est ouverte à toutes les communautés. Parmi ses ouvriers volontaires rémunérés, ses membres comportent des malentendants et des handicapés. Ils sont formés au «surcyclage » (qui consiste à fabriquer des œuvres d’art à partir d’objets recyclés) et sensibiliser ces actions auprès d’écoles et d’universités.
En éternel optimiste, malgré les difficultés économiques que traverse le Liban, il porte un regard serein au développement de l’ONG L’ECOUTE.

Il est ordonné prêtre en 1996, au service du diocèse grec-melkite catholique de Beyrouth et Jbeil. Sept mois plus tard, il est nommé curé de la paroisse de Notre-Dame de l'Annonciation à Zokak el-Blatt, un quartier multi-confessionnel « sensible » de Beyrouth ou il officie à ce jour en se mettant  au service des personnes malentendantes et handicapées.

Il les intègre ses groupes handicapés dans des activités comme celui du graphisme, de l'audiovisuel, de l'art, des transports, du recyclage et récemment celui du « surcyclage ». 
Pour lui c'est un moyen en tant que prêtre de « témoigner de la proximité de l'Église ».

L’ONG a grandi au fil des ans.
Au départ les équipes collectaient du papier. 
Une demande croissante du tri, des secteurs tertiaires et des entreprises ont mis l’ONG dans l’obligation de se restructurer pour évoluer.
Elle collecte aujourd’hui le plastique, le nylon, le carton et les canettes. Celles-ci permettent d'acheter des prothèses auditives aux malentendants.

Une ONG dynamique qui mérite d’être connue, encouragée et soutenue.



22/05/2019

Convergence 12eme edition

Depuis 11 ans, l’association Mieux se Déplacer à Bicyclette (MDB) organise ce grand rassemblement pour promouvoir le vélo au quotidien, à l’occasion de la Fête du vélo.

Ce rendez-vous annuel connaît un large succès en réunissant chaque année plusieurs milliers de participants.

L’objectif est de rassembler les cyclistes parisiens et franciliens dans une ambiance de fête. Avec plus d’une centaine de villes de départ en Île-de-France, la Convergence francilienne offre des itinéraires pour une promenade jusqu’au cœur de Paris.

MDB organise chaque année cette balade colorée avec les associations cyclistes du Grand Paris qui militent pour le développement du vélo comme moyen de déplacement au quotidien. L’événement grandit avec le soutien de la ville de Paris, de la région Île-de-France et d’une quarantaine de communes franciliennes.

LES PETITS RUISSEAUX FONT LES GRANDES RIVIÈRES

Le principe est simple : au départ d’une centaine de villes, les cortèges de cyclistes, portés par les associations locales, grossissent à mesure qu’ils se rapprochent de Paris, pour un rassemblement à 12h sur le parvis de l’Hôtel de Ville. L’ensemble du cortège défile ensuite pour une parade finale jusqu’aux Invalides, en sons et en couleurs. Vers 13h, le cortège rejoint les pelouses de l’esplanade des Invalides pour un pique-nique géant et des animations au sein du village d’arrivée.

PARADER DANS LES RUES DU GRAND PARIS AVEC 4 OBJECTIFS
  • Donner de la visibilité aux cyclistes et aux associations locales en les rassemblant dans une ambiance de fête
  • Mettre les franciliens au vélo en leur prouvant qu’il est possible, aisé et agréable de parcourir la région en vélo pour leurs déplacements
  • Promouvoir le vélo comme moyen de déplacement actif, non polluant, non bruyant, économe en énergie, matières premières et espace, peu coûteux pour les usagers et les collectivités et bénéfique pour la santé
  • Plaider pour un partage de la rue plus équitable auprès des collectivités.

Tous les détails dans le dossier à télécharger au lien ci-joint

27/03/2019

Lord Granard à Toussus le Noble

Piper P60 Aérostar
Michel Pinaud (2) mon prédecesseur à Toussus prit son commandement en 1979. 
À peine arrivé, survint un accident d'avion dont les conséquences, heureusement, se limitèrent à des dégâts matériels. 

Un aérostar (3) en provenance d'Angleterre se posa sur le ventre, suite à une défaillance du train d'atterrissage. 
Michel Pinaud avait été accueilli tout comme moi par Patrice Bralet, Chef de la circulation aérienne, habitué à exercer de nombreux intérims entre chaque affectation de Commandant d'aérodrome; celui-ci s'exclama: "c'est l'occasion pour toi de faire des travaux pratiques, chausse tes bottes!"


Le Commandant et son adjoint se transportèrent aussitôt auprès de l'avion: effectivement, les précieuses bottes s'avérèrent nécessaires, car l'avion était sorti de la piste revêtue et s'était immobilisé en fin de course sur des accotements boueux...

Michel Pinaud et Jacques Pageix
Le passager, assis sur le rebord de la porte de la carlingue, affichait un flegme tout britannique; il se présenta dans un français parfait: "Je suis Lord Granard, pourriez-vous me porter?"
Il était bien évidemment "sapé" comme un lord, et ses jambes, qu'il laissait pendre à l'extérieur, étaient chaussées de magnifiques escarpins qu'il souhaitait manifestement  préserver.

Alors, sans hésitation, nos deux compères croisèrent leurs avant-bras et notre Lord, juché sur cette chaise à porteur improvisée, fut transféré avec délicatesse de son avion jusqu'à la voiture de service.

Il manifesta longtemps sa reconnaissance en nous gratifiant à chaque nouvel an d'une "poubelle" de bureau remplie de bouteilles de Martini. 
Peu après ma prise de fonction, lors du nouvel an 1983,  je fus gratifié du même cadeau, et c'est alors que Patrice Bralet me révéla l'origine de cette "coutume", qui ne cessa qu'en 1990 .

Nos secrétaires profitant des bouteilles, j'ai conservé pour ma part leur contenant: une poubelle de bureau.

          (1): Lord Granard qui, à juste titre, se disait proche cousin de la Reine, avait comme on dit de la branche; sa lignée, de noble extraction Anglaise, était également liée par plusieurs mariages à des familles de la haute noblesse française.   
          Né en 1915, issu d'une famille comptant des ancêtres Irlandais, Sir Arthur Patrick Hastings Forbes, Earl of Granard,  fit ses études à Eton, puis à Cambridge, et fut diplômé en 1937.
          Pendant la deuxième guerre mondiale, il servit dans la RAF, où sa conduite valeureuse lui valut La British Air Force Cross, la Légion d'Honneur et la Legion of Merit américaine.
          Il épousa Marie Madeleine Eugénie, Princesse de Faucigny-Lucinge (décendante de Saint-Louis!). Le couple eut deux filles dont l'une fut mariée à un Prince de Ligne-La Trémoille. 
De 1972 à 1990, il fut directeur de plusieurs firmes, et en particulier de Martini et Rossi.
Il décéda en 1992 en Suisse.

(2): Michel Pinaud Ingénieur diplômé de l'École Nationale de l'Aviation Civile,  trop tôt disparu, fut commandant de l'aéroport de Toussus de 1979 à 1982. Il était pilote instructeur bénévole, qualifié bimoteur IFR.
Au cours du pot de départ de Noël Lambert, responsable travaux ADP, à Toussus-le-Noble, en 1992.

 (3): Le Piper PA 60 Aerostar était un bimoteur à piston construit aux États-Unis à partir de 1967. Il pouvait emporter jusqu'à 5 passagers.



02/03/2019

Souvenirs de Jacques Pageix : La Compagnie aérienne CHALAIR à Toussus-le-Noble


 Un Beechcraft "King Air" de la compagnie CHALAIR 
photographié à Toussus. La Land Rover garée  devant le Bloc Technique.
(Crédit photo Dominique Joly) 
La société CHALAIR Aviation, basée sur l'aéroport de Caen-Carpiquet, fut créée en 1986.

En 1990, cette compagnie agréée pour le transport aérien de passagers entama des liaisons régulières entre Toussus-le-Noble et Cherbourg, aux termes d'un contrat avec la COGEMA, dont le chantier de l'usine de retraitement des déchets nucléaires de La Hague s'intensifiait.

CHALAIR accrut dès 1995 le nombre de ses vols avec cinq rotations par jour, transportant le personnel de la COGEMA de la région parisienne vers l'usine de Cherbourg.

La compagnie exploitait des Beechcraft King Air 90 (6 places), Beech 200 ( jusqu'à 9 places) et des Fairchild Swearingen Metro (12 places).

Swearingen Metro III Fairchild de la compagnie CHALAIR Aviation.
(Crédit photo Dominique Joly) 
J'arguai pour ma part l’existence de ces lignes régulières et d'autres (*) pour obtenir (enfin!) l'installation à Toussus d'un service incendie digne de ce nom, avec pompiers et camions (jusque-là, notre Land Rover et nous mêmes, commandant, adjoint et autres volontaires occasionnels, assurions vaille que vaille ce service...  

Le responsable à Caen-Carpiquet était Monsieur Lebaron, que l'on rencontrait bien sûr régulièrement à Toussus. Il disparut malheureusement en 1996, dans un accident d'avion me semble-t-il. Sa collaboratrice, Mme Pajan, qui dirigeait l'antenne de Toussus installée dans l'aérogare (l'Isba), devint de facto la directrice de la compagnie.
 
Les contrôleurs aériens comme tous le personnel de l'aéroport entretenaient d'excellentes relations avec cette compagnie, bien encadrée, et servie par des équipages rigoureux. L'un des pilotes, M. H., épousa l'une des contrôleuse devenue entre-temps chef de la Circulation Aérienne. Je me souviens qu'elle tenait la fréquence quand son futur mari prévint la tour d'un début d'incendie dans le cockpit qui, heureusement, put être maîtrisé! 

(*): Rappelons aussi la liaison quotidienne assurée par la compagnie Air Normandie en beech 58, elle fut mises en place avec un consultant, M. Bernard Lalanne, de Travel Consulting Group: elle acheminait vers l'usine de Valladolid les agents du Technocentre que Renault venait d'installer à Guyancourt.

Un matin, nous frôlâmes la catastrophe: en l'absence de service de contrôle, les avions décollaient de Toussus en auto-information après avoir contacté directement Orly; le petit Baron décolla donc face à l'Est (vers Villacoublay). Malencontreusement, Orly (sur une autre fréquence) avait autorisé le Swearingen de CHALAIR à se poser ... face à l'Ouest! Les deux avions s'évitèrent de justesse et ne me demandez pas qui passa au dessus ou au dessous... 

Je me suis demandé si la livrée des avions de la flotte CHALAIR (Rouge et Tango) n'était pas celle de la Société Générale, qui probablement avait participé au financement de cette compagnie? C'était aussi les couleurs de l'écusson de la 1ère escadrille du groupe de chasse 1/5 "Champagne auquel appartient mon père de 1933 à 1947 (couleurs de l'écurie de chevaux de course d'un pilote de chasse de la SPA 67 de la Grande Guerre, le Capitaine de Saint-Sauveur):