Pages

17/05/2021

Un Decauville version 2.0 pour le transport public sur le plateau de Sacaly, une utopie ?

Décauville à l'Exposition Universelle de Paris 1889
Il nous aura fallu intégrer l’organisation du 8 mai avec les trois communes de Buc, les Loges en Josas et Toussus pour apprendre qu’un « train »  approvisionnait des munitions et du matériel, au fort du Haut Buc et à l’aéroport Blériot durant la Grande Guerre.

Son sentier existe toujours dans le bois de la Garenne. Aussi des cartes postales d'époque montrent bien des rails passant sous la porte de Petit Jouy.
Si des voies de chemin de fer désaffectées existent toujours, « Où sont passés les rails et les vestiges de ce train ? »

Il a fallu se pencher à l’histoire de Decauville et sur l'ouvrage, « Les petits trains de la grande guerre » pour trouver la réponse.   
En résumé, 
1875 : pour récolter ses betteraves, Paul Decauville invente le système qui porte son nom –  des éléments de rails modulaires et des wagonnets porteurs.

1888 : l’armée française adapte, par le colonel Péchot, le projet à ses besoins au travers d'un ensemble complet de voies et matériels de traction et de transport sur voie de 0,60 m.
Le système Péchot et né et va rapidement équiper de grands réseaux de 100 à 150 km autour des camps retranchés de l’est de la France, Toul, Verdun, Epinal et Belfort, pour desservir les forts qui entourent ces villes. Il se développe ensuite avec la nécessité de disposer l’artillerie en rase campagne. Enfin la voie de 0,60 m connaît son apogée au cours de la Première Guerre mondiale, avec, à la fin du conflit, 3800 km de voies sur lesquelles circulent 740 locomotives tractant plus de 600 wagons de diverse nature.


Du chemin de fer agricole à la voie militaire et de la betterave à l’Exposition universelle de 1889

Dans les années 1870, la famille Decauville, exploitent une propriété beauceronne de 700 hectares de terre à betterave sucrière et, en parallèle, un atelier de chaudronnerie à Petit-Bourg (commune d’Evry), où on fabrique le matériel destiné aux raffineries et aux distilleries (chaudières, citernes, machines à vapeur « locomobiles »).

En 1875, la récolte est très prometteuse mais la saison extrêmement pluvieuse de sorte que le ramassage s’annonce difficile, avec le risque de voir les chariots s’enliser dans la boue et ne pas pouvoir transporter les milliers de tonnes de betteraves attendues jusqu’aux usines.
Paul Decauville invente alors un système composé d’éléments de voie modulaires de 0,40 m de largeur, manipulables par deux hommes, et de petits chariots roulants. Le dispositif fait ses preuves et l’inventeur décide de le commercialiser sous le nom de « porteur Decauville », en l’élargissant, outre le 0,40 m, aux gabarits de 0,50 m et 0,60 m. Ce chemin de fer « portatif » connaît un succès rapide dans l’agriculture betteravière, céréalière et viticole, mais aussi dans l’industrie, les mines, l’exploitation de carrières et l’agroforesterie.

Une dizaine d’années plus tard, lors de l’Exposition universelle de 1889, l’Etat passe un marché avec la société Decauville pour l’établissement d’un véritable chemin de fer sur voie de 0,60 m, des Invalides au Champ de Mars.
En six mois, les trains tractés par des locomotives Decauville et par une machine Péchot-Bourdon, assureront le transport de plus de 6 millions de personnes et parcourront plus de 100 000 km.


En 1868, Charles Couche, dans un ouvrage sur les chemins de fer, « décrit ainsi les avantages de cette voie à petit gabarit, placée en dehors du trafic général mais nécessaire à des intérêts purement locaux » : « cette voie en miniature suffit ; elle permet au chemin de fer de satisfaire, avec une vitesse convenable et une sécurité complète, aux exigences imprévues du trafic. »….. « Il ne faut pas hésiter à profiter largement des bénéfices de la réduction de la voie, et surtout en terrains accidentés, à cause de la réduction corrélative du rayon des courbes.

Le système Péchot et les autres matériels sont constitués d’un système complet d’éléments de voie préfabriqués faciles à mettre en œuvre, de matériels roulants adaptés d’une grande stabilité, modulaires et combinables entre eux, et d’un type de locomotive particulier, la machine « Péchot-Bourdon ».

Les caractéristiques de la voie de 0,60 m et ses éléments de base :

La voie est constituée d’éléments pré-assemblés, consistant en rails fixés sur des traverses d’acier d’environ 1 m. Ces modules, munis d’embouts mâles et femelles à leurs extrémités, semblables à ceux d’un train électrique, existent en trois longueurs :
- travée de 5 m (8 traverses, 167 kg, manipulable par 4 hommes),
- travée de 2,5 m (5 traverses),
- travée de 1,25 m (3 traverses).

 Il existe également des travées courbes de différents rayons, de 100 m pour le plus large, à 7,60 m, pour les trajets à l’intérieur des fortifications, ce qui permet à la voie de 0,60 d’adopter des parcours très sinueux. Les mêmes éléments existent également à l’écartement de 0,50 m avec des longueurs et des poids différents.

Et aujourd'hui ?

Cerise sur la gâteau, c'est Voisins le Bretonneux qui met en mémoire Decauville, sa maison et sa ferme en baptisant le bâtiment rénové d'Espace Culturel Decauville

Retour au plateau de Saclay et ses problèmes d’infrastructures liées à la morphologie du terrain entre plateau, vallées et plaines.
L'infrastructure routière déficiente sur le plateau n'est plus à démontrer. La nuisance qu'elle engendre est connue et permanente, surtout dans des traversées des communes.

Des déplacements au travers d'une version 2.0 d’un Decauville pour personnes et marchandises, ne seraient-ils pas la solution pour les communes du plateau, afin que les zones industrielles et l’aéroport puissent être reliés aux gares de Versailles, de Jouy en Josas et de Massy ? 

Un déplacement similaire bus-rail est déjà en service au Japon sur l’île de Hokkaido depuis 2007.

Si l'idée est utopique ou farfelue… peut être ! Mais ne vaut-il pas le coup de l’étudier ?